Lisbonne ou mon premier voyage solo en mode « girl power »

C’était une après-midi de Juin je rêvais encore de partir, partir à l’aventure. Toujours entrain de regarder les potentiels endroits dont je pourrais fouler le sol. Et si je faisais quelque chose de nouveau? C’est vrai je fais partie de ces heureux fantaisistes avec une liste longue comme le bras d’objectifs à atteindre avant de quitter ce monde. Mais ne serait-ce pas raisonnable de commencer par le début? C’est à dire arrêter de remettre à plus tard et d’enfin sauter le pas: voyager seule pour la première fois. Voir si l’expérience me plait vraiment et la répéter éventuellement un peu de partout jusqu’à ce que ma soif de découverte soit satisfaite. Lisbonne ça m’a toujours attiré, allons là bas ! Le prochain vol c’est quand ? Après-demain ? Bon, c’est réservé.

Je vous raconte alors qu’est ce que cette décision coup de tête de partir seule en voyage m’a apporté et ce que j’ai compris à travers cette nouvelle expérience.

  • On est libre et indépendant(e)

Quand on part en groupe c’est sympa mais arrive toujours un moment où un des membre se retrouve à faire une activité à contre coeur alors qu’il aurait préféré faire autre chose, ou encore que les rythmes de chacun ne soit plus synchro et que l’équipe se retrouve alors cindée. Par exemple: tu es prêt à partir entrain de prendre ton petit déjeuner alors que Patrick il dort encore tranquillou. Résultat arrivent (parfois) des conflits et autres tensions futiles. Alors que du moment où j’ai cliqué sur « RÉSERVÉ »en passant par mon arrivée à l’aéroport de Lisbonne jusqu’à mes choix de visites. J’ ai compris que c‘était moi et moi seule qui avait en main les rênes de ce voyage. Je choisissais le programme de la journée, je vivais à mon rythme (sport le matin, visite toute la journée et sortie le soir). Et je n’avais à convaincre personne de la fiabilité de ce que je faisais ou à clémender pour faire telle ou telle chose.

J’étais  la boussole, le guide et l’aventurier en même temps.

  • On repousse ses limites habituelles

J’ai remarqué que j’ai profité de ce séjour à l’extérieur de mon cadre de vie habituel pour sortir de ma zone de confort, en ce naturellement.  De nature sociable je reste quand même une ancienne timide et il m’est arrivée par exemple de venir à la rencontre de personnes « Hi, what are you eating it seems to be really good ? ». Ou encore de tester de nouvelles choses: comme apprendre à surfer, gouter des saveurs inhabituelles (pour le coup la cuisine Portugaise je ne connaissait pas du tout), courir un trail sur les hauteurs de la ville (ouf !).

  • On rencontre du monde plus facilement

Ces rencontres se sont faites en toute simplicité: à la terrasse d’un restaurant, à minuit en plein brossage de dents (les joies de l’auberge de jeunesse) ou encore en demandant une photo à un passant. Parfois c’est moi qui allais vers les autres  et d’autres fois c’étaient les autres qui venaient à moi. Pourquoi ? Je leur ai demandé et apparemment une fille seule ça attire la sympathie et c’est moins intimidant qu’une bande. NON NON je vous rassure ils m’ont pas pris en pitié haha c’est juste que nombreux étaient ceux épatés par le fait qu’une fille décide de voyager seule. Et ça m’a permis aussi de rencontrer d’autres aventurières solitaires #girlpower et de découvrir des gens de toutes cultures mais pourtant animés par cette même soif de découverte et cette passion du voyage (québécois, italiens, allemands, anglais et taïwanais).

  • On est plus attentif à ce qui se passe autour de nous

Patrick notre meilleur pote il est adorable mais bon c’est un joyeux luron qui nous presse, nous bouscule puis bon l’architecture médiéval c’est pas trop son truc. Au lieu de passer du temps à courir après le temps en mode car Chinois on observe vraiment autour de nous. C’est comme faire une balade en pleine conscience. On capte tout et on est ancré dans l’instant présent. Nos 5 sens sont en alerte: on regarde, on touche, on sent, on goute. Nous somme en communion avec notre cadre extérieur tout simplement.

  • On se recentre sur soi

Un peu comme évoqué précédemment comme on est seul(e) en communion avec notre cadre extérieur et on est capable d’appréhender nos envies, les assumer. Je ne me considérais pas vraiment seule (#schizo) car je communiquais en permanence avec cet être qui n’était rien d’autre que moi.  Je savais ce qui me faisait VRAIMENT plaisir. J’écoutais mon instinct et m’affirmais en le suivant:  » Ce petit resto là je le sent bien. Et si je rentrais ? « . On se redécouvre, on s’explore aussi soi même à travers une expérience de vie inédite.

Le voyage est le meilleur moyen de se perdre et de se retrouver en même temps

  • On prend de la distance face aux remue ménage  quotidien

À la manière d’un peintre qui prend de la distance par rapport à sa toile pour comprendre ce qu’il est entrain de peindre, il est important de prendre du recul par rapport à certaines situations. De mon côté beaucoup de choses se passaient dans ma vie avant mon voyage à Lisbonne, je me posais (trop) de questions existentielles sur mon boulot, sur mes projets perso… Dès la montée de l’avion mes préoccupations terrestres me semblaient minimes vues du dessus, j’ai décidé de lâcher prise. Résultat en rentrant de mon voyage les solutions sont apparues comme des évidences, tout était plus clair.

  • On grandit, on évolue

Dans une expérience comme celle-ci on comprend beaucoup de choses sur nous. Se retrouvant seule face à moi même, il m’est arrivé de vivre des situations extérieures délicates. J’ai dut les gérer, les appréhender avec self control et fermeté (CNV bonjour!!). Car oui une fille seule ça fait un peu biche innocente aux grands yeux, surtout que moi j’ai une option sourire H24.  Mais mes amies aventurières solo étaient elles aussi d’accord sur le fait que l’on prenait en assurance et d’avantage confiance en nous à travers ces situations. Sur le coup elles sont désagréables, on se doit de s’imposer comme dans le taxi qui te fais faire des tours et détours que j’ai poliment rembarré ou autre touriste alcolisé transformé en Mr Hyde lourdingue.

Mais surtout je retiens le positif en l’occurence que les personnes mise sur ma route par les conversations que j’ai put avoir avec eux m’ont énormément apportées. Je me suis imprégnée de différentes cultures, j’ai discuté de sport, de bouffe mais aussi de sujets hors de mes centres d’intérêts habituels avec des quasi inconnus devenus de très bons copains. J’ai appris des autres mais de moi aussi, je ne me savais pas capable de certaines choses et en ce petit voyage en solo j’ai eu l’impression d’avoir découvert mon « vrai » moi.  Débrouillarde, indépendante, sociale, rigolote, et (un peu) intrépide. Ce ne sont pas des étiquettes mais des sentiments qui émanaient de moi naturellement.

Conclusion: c’est une expérience que je recommande encore et encore. Pour les filles qui ont peur de se lancer brisez vos conditionnement saboteurs du genre : « une fille seule c’est pas safe » et passez le cap c’est une très belle expérience personnelle. Juste soillez prudentes et surtout écoutez votre instinct. À côté des leçons que vous allez en tirer, des rencontres que vous allez faire cela n’est rien. Pour mes amis bipèdes masculins je vous dirais la même chose évidemment 😉

Processed with VSCO with c1 preset

HelloHilou- Bloggeuse Happy Vibes

Suivez mes aventures sur Instagram, Facebook, et Youtube !